Une demande particulière - Photo montage

  • Le 13/02/2020
  • Dans Blog

TÉMOIGNAGE

 

En tant que photographe j'ai parfois des demandes peu communes. Celle ci m'a particulièrement touchée.

En décembre dernier, une jeune femme m'a contactée pour me demander s'il m'était possible de faire un montage entre une photo vieille de 20 ans et une photo récente. En effet, elle m'explique qu'elle voudrait faire un cadeau à ses beaux-parents, qui ont eu le malheur de vivre la perte d'un enfant; leur première fille, il y a 20 ans de ça. Sa belle mère en a l'envie, mais cela ne s'est jamais concrétisé.

J'ai bien sur accepté sans hésitation.

J'ai rencontré le frère et la sœur. Ensemble nous avons fouillé les photos de famille, a la recherche d'une photo exploitable pour un montage. Le choix est restreint, il y a 20 ans, c'était l'époque de l'argentique, on faisait moins de photos. Notre choix s’arrête sur trois photos de leur sœur.

Ensuite, je fais mon boulot. Je réunis ces deux instants, que 20 ans sépare. Puis la photo est imprimée, mise sous cadre, et offerte.

Un mois plus tard, je rencontre la maman. C'est un peu la boule au ventre que j'y vais. Moi qui suis rentrée dans son intimité, avec l'accord de ses enfants. Mon travail a fait resurgir des choses. Pour du positif j’espère, mais ça je ne le saurais qu'une fois que l'on discutera vraiment.

L'accueil est chaleureux. Elle me remercie. On discute des émotions ressenties après avoir déballé le cadre photo. On discute de ses trois enfants, du papa et de l’après. Après l'enterrement, l'entourage, la solitude. Et la vie qui continue quand même. Parce que la vie continue toujours. Et presque 20 ans sont passés.

J'en arrive finalement à lui demander si elle accepterait que je publie les photos sur Facebook. Je n'ai même pas le temps de lui expliquer pourquoi, que sa réponse est un vrai "Oui". Simple. Direct. Franc. Et c'est elle qui m'explique pourquoi: car elle veut faire savoir aux parents qui ont, eux aussi, perdu un enfant, qu'ils ne sont pas seuls. Que ça arrive aussi à d'autres parents. Que ça lui est arrivé à elle. Et malgré cette solitude frappante qui suit le décès, qu'ils ne sont pas seuls.

De mon coté, je voulais publier ces photos, avec ce texte, parce qu'il y a autre chose qui s'installe après un drame comme celui ci. C'est les tabous et les non dits. Les membres d'une famille s'enferment chacun dans une bulle, et certains sujets en deviennent trop fragiles, trop sensibles. Et alors plus personne n'ose parler vraiment.

Mais osez! Parlez! Du mieux que vous pouvez. Même si ce sont des paroles un peu bancales ou maladroites. Dites les avec amour et bienveillance. Les mots sont salvateurs.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce bout de vie.